Blog

Implant dentaire et tabac

Implant dentaire et tabac : les risques de rejet accrus pour les gros fumeurs

L’effet du tabac sur le succès ou l’échec d’un implant dentaire reste une des questions les plus discutées en implantologie. La plupart des chirurgiens refusent purement de poser des implants dentaires chez les gros fumeurs, car le risque d’échec est particulièrement important. Le tabagisme a été longtemps suspecté d’être associé à plusieurs maladies parodontales, perte d’os, perte de tissus, perte de dents et plein d’autres complications. C’est exactement ce que nous allons vous expliquer dans cet article.

Un processus de cicatrisation très long

Le premier effet du tabac pendant l’implantation dentaire est sans aucun doute le temps de cicatrisation post intervention. En réalité, cela est dû principalement à la présence de monoxyde de carbone présent dans la cigarette. À noter également que la cigarette contient plus de 4000 substances différentes. En effet, le monoxyde de carbone entraîne une diminution de l’oxygénation des tissus impactant la microcirculation sanguine. En d’autres termes, il ralentit la cicatrisation.

Et si le monoxyde de carbone a une incidence sur la cicatrisation post-opératoire, de son côté la nicotine n’est pas en reste. Celle-ci vient, en plus, diminuer le flux sanguin et contracter tous les vaisseaux. À elle seule, elle constitue un second facteur nocif pour le processus de cicatrisation de l’implant dentaire.

Une augmentation exponentielle des infections après l’intervention

Malgré les progrès technologiques spectaculaires en implantologie dentaire, les fumeurs sont, depuis toujours, à risque de développer plusieurs infections pendant et après la pose d’implants. Au moment de la pose, des bactéries risquent de s’infiltrer dans la plaie. Parallèlement au processus de cicatrisation ralenti, le risque d’infection primaire est très important. De même, le système immunitaire des fumeurs est affaibli. Cela augmente alors le développement des infections buccales. On peut donc dire que la pose d’implant peut échouer dès le départ.

Le développement et la progression de la parodontite

De nombreux facteurs mettent en évidence le rôle du tabagisme sur le développement et la progression de la parodontite. D’ailleurs, plusieurs études ont réussi à mettre en évidence cette relation. De ce fait, il est essentiel chez les fumeurs d’avoir une bonne hygiène bucco-dentaire. Il s’agit, en d’autres mots, d’une inflammation critique du parodonte. Quand les symptômes commencent à apparaître, plusieurs patients fumeurs perdent leurs implants dentaires. Pour les non-fumeurs, la durée de vie des implants dentaires est toute la vie.

De plus, le tissu conjonctif chez ces personnes se reforme normalement autour de l’implant et l’os. Quand on parle de gros fumeurs, les cellules qui composent ce tissu sont nettement moins actives. Il en est de même pour la période de récupération et de cicatrisation. En outre, le fait de consommer du tabac favorise la formation de tartre et de plaque dentaire. Ces derniers engendrent, dans la majorité des cas, une perte osseuse autour de l’implant.

Une contre-indication et risque de rejet d’implant dentaire

Chez les fumeurs, les actes de chirurgie dentaire et l’implantologie sont contre-indiqués. En dehors des éventuels problèmes de surinfections, ces patients ont de fortes probabilités de rejet de l’implant. À titre informatif, le pourcentage de succès en implantologie est de 98% pour les non-fumeurs. Toutefois, ce pourcentage tombe à 50% pour les gros fumeurs. Au prix des implants, cela peut également coûter très cher en vue des multiples traitements nécessaires avant l’opération.

Pour envisager une pose d’implant, un fumeur doit cesser de fumer 3 à 6 mois avant l’intervention. Cela joue un rôle prépondérant dans la réussite de l’acte chirurgical afin de normaliser la vascularisation des capillaires sanguins. Il devra également poursuivre son sevrage après l’implantation. Bien évidemment, tous les soins ne sont pas à proscrire ! Avant l’implantologie, on soigne les caries, les parodontites, le tartre, les infections, etc.

brosse à dent

Comment choisir le type de brosse à dent pour implant dentaire

Comment veiller à la propreté de votre dentition avec implant dentaire ? Quel est le moment idéal de la journée pour brosser vos dents ? Quel est le type de brosse à choisir ? Pour découvrir toutes les réponses à ces questions, vous n’avez qu’à suivre les conseils du professionnel, qu’on vous citera tout au long de cet article.

Dentition avec implant dentaire et dentition normale

Une dentition avec implant, nécessite un entretien particulier permettant de pérenniser le support dentaire. Comme ce type d’appareil buccal ne peut pas prendre la même taille des dents d’origine, il se crée un espace interdentaire qui doit être méticuleusement nettoyé. Tenir compte de l’hygiène n’est pas le seul remède, il est important de consulter périodiquement votre praticien pour s’assurer de l’absence de toute anomalie engendrée par le manque d’entretien ou tout autre fait.

Un manque d’hygiène est source d’une inflammation et la prolifération des bactéries qui peut engendrer la chute de l’implant, si elle n’est pas soignée à temps. Pour éviter tout type de soucis, il est fortement conseillé de suivre la fréquence de brossage dictée par votre dentiste et qu’on vous décrira dans ce qui suit.

Quelle est la fréquence idéale pour garder une dentition saine

La fréquence minimale conseillée est deux fois par jour. Une fois après le petit-déjeuner et une fois après le dîner. La fréquence normale est de trois fois par jour après chaque repas. Ces consignes conviennent à une dentition normale ou portante un implant dentaire.

Ces deux rythmes sont efficaces pour éviter des caries, des maladies parodontales et une mauvaise haleine au cours de la journée. Mais pour être en règle, la durée minimum d’un brossage ne doit pas être inférieur à deux minutes. Un brossage qui dure longtemps est non préconisé, il peut endommager la gencive en engendrant un déchaussement, des vibrations non souhaitées et des saignements.

Connaissant votre rituel de brossage journalier, il vous faut l’outil le plus adapté à votre situation. Car choisir la brosse dépendra non seulement du moment ou vous avez fait la pose, mais aussi de la fragilité de vos implants.

Quel est le type de brosse qui convient à un implant dentaire

La brosse à poils doux est la meilleure brosse qui convient à une dentition normale ou avec appareil. Toutefois, vous aurez le choix entre celle qui est manuelle et celle qui est électrique. Le premier choix reste anodin dés la pose de l’implant. Il faut juste suivre les bons mouvements pour une bonne fixation de l’appareil, surtout les premiers mois après la pose.

La brosse électrique est à éviter durant au moins les trois premier mois après l’intervention, car ses vibrations sont risqués pour l’ostéointégration de l’implant. Le fil dentaire ou l’hydropulseur sont aussi des outils efficaces, mais il reste prudent de suivre le conseil de votre dentiste avant de les utiliser.

Pour conclure, une hygiène bucco-dentaire rigoureuse et adaptée et des consultations régulières seront les règles d’or pour garder un beau sourire durant toute la vie.

implant dentaire

Pourquoi opter pour l’implant dentaire ?

L’implantologie dentaire à s’est largement développée ces dernières années. Cette technique de pointe permet de remplacer les dents de manière naturelle et esthétique. Si vous êtes séduit par cette méthode découvrez-en plus sur les avantages de cette technique.Read More

L’hygiène dentaire

L’hygiène dentaire, garant d’une bonne santé !

Les affections bucco-dentaires sont parfois responsables de l’apparition de pathologies que vous ne croirez pas reliées. Allant des troubles cardio-vasculaires au diabète : les conséquences des maladies bucco-dentaires peuvent des fois se révéler bien graves pour l’ensemble de votre organisme et non seulement pour vos dents.Read More